DEFI MAGAZINE de mai 2004

L'immobilier sur mesure, CHASSEUR D'APPARTEMENT
Très répandue dans les pays anglo-saxons, la chasse d'appartement se développe en France. Radiographie d'un métier novateur...
UN METIER A LA LOUPE

L'immobilier sur mesure CHASSEUR D'APPARTEMENTS

Très répandue dans les pays anglo-saxons, la chasse à l'appartement se développe en France. Radiographie d'un métier novateur.

"Lorsque je travaillais en agence immobilière, je voyais défiler des acquéreurs, qui en étaient parfois à leur cinquantième appartement visité, et qui étaient mécontents des services proposés par les agences, trouvant injustifiés leurs honoraires. J'ai pensé qu'il fallait travailler autrement". C'est ainsi que Catherine Catenacci est devenue chasseur d'appartement, en fondant Côté ACHETEUR (SARL) en mars 2001. Concrètement ? Elle propose aux particuliers une prestation de services très personnalisée : chercher à leur place l'habitation de leurs rêves.

12000 € dépensés en publicité

Etape incontournable, cerner la demande des acquéreurs. Pour ce faire, une à deux heures durant, les chasseurs immobiliers  font le point avec leur client, à son domicile, sur sa recherche de logement. Ensemble, ils listent dans le détail les critères indiscutables, les défauts rédhibitoires, les points pouvant se discuter et le budget. Ces caractéristiques (quartier, superficie, style de l'immeuble, environnement, travaux à envisager...) permettent, entre autre, de vérifier la cohérence de la demande, avec le marché dans le secteur choisi. "se rendre au domicile des acquéreurs, nous permet aussi de voir ce qu'ils aiment ou pas dans leur appartement actuel", explique Catherine Catenacci. Les chasseurs d'appartement gèrent cinq ou six recherches à la fois. Leur travail hebdommadaire est rythmé par la consultation des annonces (Particuliers à particuliers, le Figaro immobilier, Belles Demeures, le Nouvel observateur...) le surf sur les sites spécialisés du Web, les contacts avec les apporteurs d'affaires (agences immobilières, notaires, marchands de biens, maîtres d'oeuvre, architectes). Et bien sûr, de très nombreuses visites d'appartements après lesquelles Catherine Catenacci rédige un compte-rendu, accompagné de photos numériques ou d'une vidéo. Si le client est intéressé par le logement, elle organise une visite."lorsqu'un appartement ne plait pas à l'acquéreur, je l'encourage franchement à me dire ce qu'il n'aime pas. Cela permet d'affiner encore davantage la recherche." Et dès que la perle rare est trouvée, Côté ACHETEUR s'occupe de rassembler les éléments nécessaires à la prise de décision (loi Carrez, diagnostics SRU, documents syndic, infos sur les charges...) fait signer la promesse de vente, et parfois des compromis de vente sous seing privé entre les parties. Petit service "plus" : si l'acquéreur le souhaite et pour lui éviter d'avoir à faire appel à des prêts relais, ou à des garde-meubles, Catherine Catenacci peut aussi trouver un acheteur pour le logement actuel de son client.

Le métier de chasseur d'appartement est tout nouveau. Peu d'acquéreurs le connaissent. Il faut donc communiquer. L'année de son lancement, Côté ACHETEUR a ainsi dépensé plus de 12 000 euros dans l'achat d'espaces publicitaires dans des supports ciblés, en terme de clientèle notamment. "Il faut se faire connaître auprès du public et se faire accepter par les agences immobilières clasiques. Il faut montrer patte blanche. Ensuite, le bouche-à-oreille fait le reste". Un site internet bien référencé est aussi important. Aujourd'hui, 50 % des contacts de Côté Acheteur se font grâce aux clients satisfaits qui parlent de l'entreprise autour d'eux, 50 % par le site.

Autre élément capital : les mandats de recherche (ils définissent précisément le contenu de la mission, la nature du bien recherché, la promesse de présenter tant d'appartements dans tel délai...) Mieux vaut être aidé par un spécialiste pour leur rédaction, car les engagements doivent être pris de part à d'autre. Les mandats doivent, par exemple, stipuler que le client ne doit plus rechercher de son côté. Un point essentiel puisque les chasseurs d'appartements sont rémunérés à la commission (voir encadré)....

Un bel avenir à moyen et à long terme

Aujourd'hui, sollicitée dans tout l'héxagone, Catherine Catenacci aimerait développer son concept en direction de Lyon, Rennes, Paris, Marseille, et la Côte d'Azur. "La chasse d'appartement a un bel avenir, d'autant que la recherche d'un logement est ardue, estime Jean d'Alençon, délégué général du Syndicat des entreprises de services à la personne. C'est une réponse à une situation et à un besoin à moyen et à long terme".

Carole de Boyer d'Aguilles.

Nous contacter

Vous avez un
projet immobilier ? Ou une question ?

Contactez-nous

Numéro vert France (gratuit depuis un poste fixe) : 0 805 400 855

Nous rejoindre

Nous rejoindre
Google+ Viadeo Côté Acheteur